Orchestration : les 6 domaines clés

Orchestration : les 6 domaines clés

Si vous n’êtes pas très à l’aise avec le concept d’orchestration, n’hésitez pas à lire notre article : Informatique Hybride : Introduction au concept d’orchestration

L’orchestration, c’est permettre à l’ensemble de son environnement informatique hybride de travailler dans les meilleures conditions pour délivrer un maximum de valeur.
Ceci signifiant que l’expérience utilisateur doit être homogène pour tout le monde ; les services informatiques (cloud, ou autres) sont intégrés, et les processus informatiques sont complètement alignés sur les besoins métiers de l’entreprise.

L’orchestration est complexe et représente un vrai challenge pour toutes les organisations. Nous discuterons des six domaines de l’orchestration sur lesquels les entreprises doivent se concentrer pour obtenir un écosystème hybride qui fonctionne en harmonie.

1) Orchestration des services

Comment fournir une qualité de services homogène à travers toutes les plateformes constitutives de l’univers désagrégé de l’informatique hybride ? L’orchestration de services est au cœur du maintien d’une expérience client et d’une qualité de services constante, quelle que soit la solution technique employée.

Par exemple, une entreprise qui veut augmenter sa capacité à pénétrer rapidement un marché : L’approche informatique traditionnelle et relativement lente doit être remplacée par une méthodologie plus agile, portée par les résultats, et permettant « juste assez » de fonctionnalités pour être en accord avec les besoins métiers de l’entreprise. D’autres choses peuvent être ajoutées plus tard (flexibilité).

L’orchestration de services est vitale pour lier les cycles de changements et de sortie au service desk et au delivery. De cette façon, les consommateurs ont la meilleure expérience possible.

2) Orchestration des fournisseurs

Dans un environnement informatique hybride (un mélange de cloud et d’infrastructure traditionnelle), les entreprises ont beaucoup plus de choix de fournisseurs qu’avant.
Certaines organisations faisant appel à des solutions en SaaS peuvent travailler avec plus de 100 différents fournisseurs et gérer l’ensemble de ces contrats est complexe.

Avec une telle diversité d’acteurs, maintenir le contrôle est véritable challenge. L’informatique et le département des achats tentent de faire fonctionner l’ensemble de ces prestataires en se confrontant aux limites contractuelles de chacun d’entre eux. L’orchestration des fournisseurs permet de gérer cette complexité en adoptant une démarche plus axée sur l’autonomie, et en limitant le phénomène de Shadow IT.

Pour y parvenir, il faut définir des règles claires en agrégeant la visibilité et l’administration de chacun des fournisseurs, quel que soit le département qui a signé le contrat. Chaque projet, département, ou cas d’usage a ses propres priorités – telles que la sécurité, le coût, l’évolutivité – pour chaque service, application, ou charge de travail.

Mais une question subsiste. Comment savoir que vous faites appel aux bons fournisseurs ? L’orchestration va au-delà de la simple gestion : Elle vous permet d’obtenir des conseils et de gérer l’administration de l’intégration (ou de la migration vers) de nouveaux fournisseurs.

C’est un processus qu’il ne faut pas sous-estimer. Il est beaucoup plus difficile que l’intégration et l’administration traditionnelle de services. Ceci étant lié au fait que l’environnement informatique hybride est composé d’un nombre important de plateformes qui reposent les unes sur les autres.

Ce modèle de fournisseurs désagrégés doit malgré tout agir comme une unique équipe ayant pour objectif d’accompagner l’entreprise. La personne responsable de l’orchestration des fournisseurs, dans ce contexte, a pour responsabilité d’ajouter une dimension collaborative au sein des différentes organisations avec lesquelles l’entreprise collabore.

3) Orchestration de la sécurité

Tirer parti d’un environnement multi-plateformes présente des bénéfices indiscutables pour l’entreprise, mais il génère aussi un réel challenge autour de la sécurité. L’orchestration de la sécurité permet une utilisation sûre des données quelle que soit la plateforme utilisée : qu’elle soit dite « robuste » (comprenez traditionnelle) ou fast (comprenez sur le cloud).

Quelles données doivent être hébergées sur mon cloud public ? Quelles données doivent rester privées ? Comment unifier les données d’une façon intégrée entre ces deux environnements discontinus ?

L’orchestration de la sécurité est nécessaire pour vous aider à identifier la bonne plateforme pour ce qui concerne les questions liées à la conformité ou aux obligations liées à l’hébergement de données.
Un vrai modèle informatique hybride peut soulever de nombreuses interrogations autour des données qui pourraient être moins sécurisées (et donc potentiellement exposées), ce qui peut faire de l’entreprise une cible.

Cependant, l’orchestration de la sécurité aide à surveiller l’intégralité des systèmes et des services opérant au sein de l’environnement. Ceci permet de garder un contrôle fort sur les questions de sécurité, qu’elles soient très actuelles ou historiques, permettant aux organisations de réagir plus vite et de réduire le fossé entre la découverte et la résolution des problèmes de sécurité.

4) Orchestration des processus

Pour que votre démarche d’informatique hybride soit un succès, il faut que votre organisation informatique soit agile, centrée sur les processus, pour pouvoir orchestrer un large spectre de technologies, services, et besoins métiers.
Vous devez être capables de délivrer à vos utilisateurs exactement ce qu’ils veulent, sur n’importe quel terminal, le tout en gérant vos multiples contrats avec vos différents fournisseurs.

Pour les départements informatiques, ceci se traduit par le fait que tous les processus doivent s’adapter pour fonctionner correctement au sein de cet univers qui tend à se compliquer de plus en plus. Fournir d’excellents services informatiques dans cet environnement nécessite d’avoir des processus qui permettent de délivrer toute la valeur de l’informatique de bout-en-bout, en interconnectant tous les éléments du système d’information pour délivrer un ensemble de services totalement intégrés.

L’orchestration de processus facilite le lien entre les processus et les gens, entre les systèmes et les données requises pour innover et automatiser les services. Ceci assure que les résultats sont fiables, réitérables, et complètement connectés.
De cette façon, les DSI deviennent encore plus précieux pour les entreprises, pas seulement en industrialisant le delivery, mais aussi en libérant les organisations et en leur permettant de se concentrer davantage sur l’innovation.

5) Orchestration de la conformité

En allant plus loin que la vue des processus, les réglementations sont aussi une clé d’un environnement orchestré. Les réglementations à un niveau interne-organisationnel ou celles nécessaires à cause des contraintes de législations externes ou des standards de l’industrie sont essentielles pour assurer que votre organisation reste aux commandes de sa gouvernance.
En mettant en œuvre un ensemble de réglementations exhaustif, vous pouvez anticiper les failles de conformité et donc prendre des actions immédiates.

6) Orchestration technique

C’est la fondation qui supporte tous les autres piliers de l’orchestration. La technologie est la plateforme vectrice du reste ; la valeur est créée par l’utilisation de l’entreprise et des utilisateurs de cette plateforme.

L’orchestration technique couvre l’intégration des différents clouds publics, clouds privés, SaaS et environnements informatiques traditionnels. Les APIs, la sécurité technique, la portabilité des données,  et l’administration dynamique des charges de travail permettent à l’entreprise d’être aussi flexible qu’elle le souhaite, tout en lui offrant la possibilité d’évoluer sans impacter les utilisateurs.

La mise en vigueur de nouvelles réglementations et l’automatisation des prises de décisions sont des éléments clés ! Elles permetent de s’assurer que l’ensemble des charges de travail, applications, et projets, fonctionnent au sein du bon environnement, conformément à leurs besoins propres.
La sécurité, la vitesse, l’évolutivité, et les coûts doivent aussi être pris en considération. Si les besoins changent avec le temps, les charges de travail peuvent être déplacées automatiquement au meilleur fournisseur.

Tout ceci est repose finalement sur l’organisation de la distribution technologique pour intégrer et connecter de façon optimale et les environnements cloud et non-cloud pour libérer la valeur de l’entreprise. Délivrer une orchestration technique efficace transforme la technologie en un réel créateur de valeur pour l’entreprise, en apportant une valeur tangible qui s’illustre de diverses façons :

  • la réduction du temps pour fournir un service,
  • la standardisation,
  • l’agilité,
  • la flexibilité,
  • la gestion des coûts

Découvrez aussi...

Retour sur le Fujitsu Forum 2016 Les 16 et 17 novembre derniers, le Fujitsu Forum était de retour à Munich pour une édition 2016 riche en annonces et réunissant plus de 12 500 visiteu...
Les 5 barrières du Cloud Une étude menée en début d’année par « The Hybrid Hive » révèle que près de 80% des leaders mondiaux de l’informatique considèrent l'informatique hybr...
Lutter contre le Shadow IT Ces derniers mois, le Shadow IT (comprenez informatique de l’ombre ou informatique fantôme) est sujet à plusieurs interrogations. Cette expression dés...
L’histoire de l’informatique hybride Aujourd'hui, nous parlons de l'informatique hybride comme une nouvelle norme. En effet, selon un rapport réalisé par The Hybrid Hive, 79% des décideur...

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*