Le rôle de la technologie portable dans l’industrie pétrolière

Industrie pétrolière

Blaine Tookey, chef de l’innovation digitale chez BP révèle les opportunités que pourraient apporter les « wearable techs » ou technologies portables aux employés qui opèrent sur le terrain.

Penser que les bénéfices de la digitalisation ne sont accessibles qu’à quelques start-ups agiles est une erreur. Les grands groupes comme le géant pétrolier BP se préparent à récolter les bénéfices que la révolution digitale s’apprête à semer.

Blaine Tookey, en charge de l’innovation digitale chez BP, admet que l’industrie dans laquelle il évolue ne réagit pas aussi vite que le grand public quand il en va de l’adoption numérique. Il précise cependant : « Je pense que l’IoT (Internet des Objets) et les wearables (vêtements et accessoires connectés) vont continuer à jouer un rôle important dans le futur de l’industrie pétrolière. »

Cette précision est accompagnée d’une mise en garde. Avant que le secteur pétrolier ne puisse s’activer à déployer les technologies portables, elles doivent pouvoir répondre à des exigences fortes en termes de sécurité et de résistance.

« Un dispositif déployé chez BP peut être heurté par un objet lourd, écrasé, exposé à des substances corrosives et doit pouvoir résister à des températures extrêmes pouvant frôler les  60°C dans le désert en Iraq, ou les -50°C dans les hivers d’Alaska » dit Tookey.

Il ajoute : « Il faut aussi que les appareils électroniques obtiennent des certifications de sécurité, notamment pour garantir que l’appareil ne produise pas d’étincelles. Il y a une multitude de standards à travers le monde, la certification d’un équipement peut très bien prendre six mois pour un produit simple ou trois ans pour un produit plus gros et compliqué. »

Revenu et mobilité

Malgré tout, le développement des technologies portables chez les pétroliers reste un objectif de taille. Tookey note que, chaque année, jusqu’à 5 milliards de dollars pourraient être mis à disposition du secteur pourvu que les bonnes technologies soient mises en place, une bonne partie de ce potentiel repose sur le concept de mobilité.

« La mobilité est clé car à la fois précurseur et facilitatrice de l’utilisation des wearables dans l’industrie pétrolière, » dit Tookey.

« Les agents sur le terrain sont généralement seuls avec une radio et un moniteur de gaz. Ils ont été laissés à la traîne dans la révolution digitale. Mais les téléphones portables qui respectent les normes internes (les appareils créés pour résister aux situations extrêmes) changent la donne. Nous ne les avons que depuis un an, mais maintenant il y a trois ou quatre smartphones Android disponibles. Aujourd’hui nous pouvons contrôler le workflow sur le terrain, les agents peuvent saisir les données et voir les points d’inspection, cela facilite vraiment la mobilité dans l’usine. »

« Notre objectif est d’apporter la mobilité à tous nos agents. On cherche une parité entre la mobilité en entreprise et celle en milieu industriel. »

« Nous avons déjà un historique de dépenses en équipements. Nous avons les moyens, ce qui laisse une bonne marge pour les développeurs. »

L’avancée des réseaux mobile sera vitale pour créer une force de travail complètement mobile chez BP. Tookey souligne que les wearables ne nécessiteront pas de raccordement spécifique, ils auront juste besoin d’un lien avec le hub, d’autant que les réseaux 4G et 5G éviteront à BP d’avoir à déployer une infinité de routeurs WiFi.

Sécurité et efficacité

La réaction positive de l’industrie face à l’introduction d’appareils mobiles robustes est un bon signe pour les wearables. Tookey est arrivé armé d’une longue liste de bénéfices qu’offrent les technologies portables aux entreprises pétrolières, la sécurité est en première position.

« Un wearable peut réaliser de nombreuses tâches de détection externe que nous ne pouvons pas opérer pour l’instant, il peut par exemple capter des données sur l’environnement et donner des retours en temps-réel aux salles de contrôle et aux agents associés en ne se limitant donc pas à l’individu qui le porte. »

« Nous plaçons les agents dans des environnements très chauds : jusqu’à 50°C pendant des périodes pouvant durer jusqu’à deux heures. Nous voulons pouvoir en évaluer l’impact sur la santé de l’agent, et le fait de pouvoir contrôler cet élément nous apporterait beaucoup. Gérer et communiquer les besoins en cas d’urgence grâce à la technologie intelligente dans les vestes des agents représente aussi une grosse opportunité. »

« Il y a aussi une multitude de capteurs miniaturisés que j’aimerais voir, ils utilisent tous la technologie Bluetooth et permettent de savoir quand un employé lève une charge trop lourde ou de manière incorrecte : ces capteurs pourraient les aider à adopter la bonne position quand ils manipulent quelque chose. »

L’efficacité est un autre bénéfice identifié dans les technologies portables. Avant d’être envoyés sur le terrain, les agents BP sont équipés de la tête aux pieds avec du matériel résistant au feu : un casque de chantier, des lunettes de sécurité, des protections auditives, des gants de protection et des chaussures de sécurité. Si l’on ajoute à cela une radio, un moniteur de gaz et des outils, on obtient un agent complètement surchargé.

Pour le futur

Tookey imagine volontiers un futur où la technologie d’affichage tête haute allègerait la charge, en offrant plus de cohérence, en accélérant la prise de décision et en améliorant la qualité et la précision de travail.

« Les smartphones certifiés Android sont une vraie révolution mais, idéalement, je voudrais que nos agents utilisent des dispositifs mains libres. Tout incorporer dans une sorte de casque connecté serait plus avantageux pour nous. Ce type de technologies ne peut être considéré qu’à moyen terme puisqu’il faut passer par la certification. Toujours est-il que ça va offrir la possibilité d’améliorer l’efficacité au travail, » dit-il.

« Je voudrais que les agents sur le terrain aient la possibilité d’inspecter les lieux et obtenir des informations à propos de ce qui se trouve dans un récipient ou ce qu’il se passe à l’intérieur d’une pompe en ayant accès à un certain nombre de caractéristiques. »

« C’est la révolution que l’on cherche : les wearables comme nouveau paradigme pour les acteurs de l’industrie pétrolière. Cette technologie va améliorer l’automation de la perception situationnelle, ainsi nos agents sur le terrain auront accès aux bonnes informations sur leur point de travail. Permettre à un individu blessé ou en difficulté d’être automatiquement  repéré puis localisé par ses collègues et les salles de contrôle sera très utile. »

Cependant le lot actuel de capteurs n’est pas à la hauteur des attentes de BP. L’entreprise cherche une production d’appareils qui soient légers, parfaitement incorporés aux vêtements ou équipements et connectés. La fiabilité en environnement extrême et la tenue au lavage sont aussi des éléments cruciaux, comme le dit Tookey: “Nous évoluons dans un environnement sale et repoussant.”

Dans le but de convaincre les constructeurs de hardware des bénéfices apportés par le développement de technologies de ce type, Tookey cite la facture généralement associée aux appareils actuellement utilisés dans le secteur : 1000 $ pour une radio et  5000 $ pour un mobile du siècle dernier.

« Nous avons déjà un historique de dépenses en équipements. S’il faut les échanger contre quelques capteurs, nous avons les moyens, ce qui laisse une bonne marge pour les développeurs. D’autant que la fluctuation actuelle des prix du pétrole à tendance à rendre le secteur plus prône à l’innovation. »

Découvrez aussi...

Le marché de l’énergie et l’Internet des objets... Le secteur de l’énergie arrive à un tournant technologique et à une certaine forme de changement structurel. L’enjeu est le suivant : arriver à fourni...
La transformation digitale dans l’énergie Aujourd’hui, nous vivons dans un monde hyperconnecté, c’est un fait indéniable. Les individus ne cessent de se procurer des objets de plus en plus con...
9 grandes tendances et comment elles vont changer ... Nous avons invité 30 des futurs leaders les plus brillants d’Angleterre pour débattre sur l’impact des changements mondiaux sur le futur de notre soci...
Le Futur de l’Énergie, en bref Notre série d’articles sur l’industrie de l’énergie nous a permis de mettre un certain nombre de tendances en exergue : Internet des Objets, Décarboni...

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*