L’impact de la digitalisation sur les marchés traditionnels

L’impact de la digitalisation sur les marchés traditionnels

Il y a encore quelques années, la frontière entre les différents marchés était bien claire. Les domaines d’activité d’entreprises telles que « Electricité de France » étaient évidents, et les gens se rendaient à la banque pour obtenir un prêt et au supermarché pour acheter leur bacon et leurs œufs. Maintenant, à l’heure du bouleversement de la transformation digitale, nous assistons à une translation de ces marchés traditionnels, à mesure que les barrières entre eux sont de plus en plus floues.

Prenons l’exemple d’une entreprise de télécoms comme Bharti Airtel, avec son héritage dans les réseaux téléphoniques et la fabrication de casques. Cette année, l’entreprise a déplacé une partie de son activité dans les services financiers, lançant un service en Inde permettant à ses clients de payer avec leur téléphone portable.

Ces changements au sein des entreprises sont le reflet des transformations de l’état d’esprit des clients. Ils (les clients) veulent de plus en plus avoir recourt à des fournisseurs différents pour des services différents. Notre étude, A New Pace of Change, a permis de montrer qu’1 personne sur 5 se sent prête à faire appel à des entreprises 100% digitales telles que Google, Amazon, ou Facebook, pour un service bancaire ou un service d’assurance. A l’inverse, 1 personne sur 3 est prête à contracter un abonnement internet ou faire un achat de mobile dans sa banque. Il est clair que les consommateurs ne voient plus les mêmes frontières qui ont pu précédemment exister entre les différents secteurs.

Ces changements permettent aux nouveaux entrant d’accéder à des marches beaucoup plus facilement. Dans cette ère hyper-connectée du « tout digital », les entreprises font face à des barrières à l’entrée beaucoup moins importantes qu’elles n’ont pu l’être dans le passé, grâce à la possibilité de développer des services digitaux et de les faire évoluer très rapidement. Les pure players peuvent particulièrement changer rapidement de secteur et même le bouleversé. Face à cette capacité d’adaptation accrue les entreprises sont en compétition dans une arène digitale qui transcende les verticaux traditionnels.

Les entreprises sont conscientes de cette nouvelle menace, comme nous avons pu l’observer au travers de l’enquête Fujitsu Fit for Digital. 93% des dirigeants d’entreprise ont déclaré que leur marché avait été impacté par la digitalisation, avec 46% d’entre eux mettant en avant que l’impact le plus fort a été une augmentation de la concurrence et du nombre de nouveaux entrants sur le marché.

Les leaders de secteurs établis sont particulièrement vulnérables à ces nouveaux entrants. Au sein de ces marchés qui changent très vite, les grosses entreprises peuvent être plus lentes pour s’adapter à de nouvelles conditions imposées par de nouveaux concurrents ; leur capacité à prendre des décisions rapides pour adopter de nouvelles technologies et de nouveaux services est souvent bridée par leur infrastructure dites de « legacy ». Néanmoins, cette disparition progressive des frontières entre les différents marchés peut être vectrice de nouvelles opportunités pour les entreprises traditionnelles si elles sont capables d’adopter un état d’esprit agile et si elles se servent des atouts dont elles disposent.

À l’heure où le digital bouleverse fortement tous les code précédemment établis, les entreprises doivent être capables d’apprendre rapidement, d’agir vite, et d’évoluer avec énormément de réactivité pour rester compétitives. Les entreprises traditionnelles doivent être préparées à identifier et tirer parti des nouvelles opportunités, qu’elles soient au sein de leur secteur d’activité ou d’un autre. Cela signifie, dans les grandes lignes, qu’elles doivent être prêtes à tenter de nouvelles choses et qu’elles acceptent que tous les projets puissent ne pas fonctionner.

Les organisations doivent aussi être capables d’apprécier les avantages dont elles disposent d’ores et déjà – en incluant leur infrastructure informatique actuelle. En mettant en œuvre une stratégie d’informatique hybride, elles peuvent tirer parti du système existant en introduisant du cloud là où c’est nécessaire. Cette nouvelle approche permettant à l’entreprise de se développer plus rapidement, en testant de nouvelles offres, en étant capable de suivre les tendances sur marché « à vitesse réelle ».

Pour conclure, face à ces frontières qui s’estompent entre les marchés, les entreprises devraient être capables de tirer parti d’une autre de leurs forces : leur notoriété. Les leaders du marché ont bien souvent construit une marque forte et une réelle confiance avec leurs clients, deux avantages qui les mettent dans une position de choix pour offrir de nouveaux services ou entrer sur un nouveau marché. Finalement, il s’agit de réaliser l’ensemble des possibilités apportées par la digitalisation et les bouleversements qu’elle implique – il faut être créatif, et être prêt à faire preuve de courage !

Il y a plus d’opportunités qu’il n’y en a jamais eu auparavant : c’est à chaque entreprise de s’armer pour en tirer parti.

 

Découvrez aussi...

La transformation digitale dans l’énergie Aujourd’hui, nous vivons dans un monde hyperconnecté, c’est un fait indéniable. Les individus ne cessent de se procurer des objets de plus en plus con...
L’informatique peut résoudre le puzzle de l’... La demande mondiale en énergie devrait augmenter de 37% dans les 25 prochaines années. En considérant nos infrastructures dépassées et notre surdépend...
L’internet des objets dans l’entrepris... Dans un monde hyper-connecté comme le nôtre, les appareils connectés ne cessent de se développer à un rythme effréné. En effet, selon plusieurs études...
PG&E : La rencontre entre Big Data et l’Inter... Big Data : Comment l’entreprise de gaz et d’électricité, PG&E, maximise-t-elle la valeur des données générées par ses smart meters à l’échelle de ...

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*