L’informatique au service d’une énergie intelligente

L'informatique au service d'une énergie intelligente

Glen McLatchie, DSI du plus gros producteur  d’énergie renouvelable de Nouvelle Zélande, trace le chemin vers une organisation informatique plus respectueuse de l’environnement.

« A l’échelle de l’entreprise, on peut dire que le développement durable est dans nos gènes ». En tant que DSI de l’entreprise néozélandaise Meridian Energy, Glen McLatchie doit s’assurer que les valeurs de cette entreprise productrice d’énergie hydroélectrique et éolienne sont reflétées dans ses services informatiques. « Que vous croyiez ou non au réchauffement climatique, l’informatique reste un gros consommateur d’énergie et, en tant que DSIs, nous avons la responsabilité d’agir pour protéger l’environnement. » Déclare McLatchie.

C’est une responsabilité que Meridian prend au sérieux. En 2011, la branche informatique de l’entreprise a testé ses références en termes environnementaux en participant à l’étude mondiale Green ICT Maturity menée par Fujitsu (un test de maturité en termes de respect de l’environnement proposé aux services informatiues des entreprises). Avec un résultat crédible de 60%, l’entreprise s’est immédiatement fixée pour objectif d’atteindre les 80% à sa prochaine participation. En Juin 2013, quand Meridian a repassé le test, l’entreprise a atteint un score de 81% se hissant ainsi parmi les 6% des tops performers mondiaux en termes de développement durable.

Plus surprenant, le succès de Meridian Energy a engendré des coûts négligeables. Le service informatique n’a payé que NZ$10,000 (8 400 dollars environ) pour des logiciels de contrôle qui lui ont permis d’identifier les opportunités de coupes budgétaires. L’entreprise a aussi investi d’avantage sur la vidéoconférence, une décision qui a permis de faire des économies sur les frais de déplacement et de voyage. Même si cela est un exemple qui démontre que les initiatives en termes de développement durable n’engendrent pas forcément de frais importants, McLatchie souligne que le caractère abordable en termes financiers d’une initiative ne devrait pas être un facteur déterminant : « Il faut le faire quand c’est la bonne chose à faire, » dit-il, ce principe doit être adopté par le plus grand nombre.

L’énergie intelligente : l’importance de la responsabilité partagée

L’éthique est présente à tous les niveaux chez Meridian. Du fait de recruter des individus qui partagent les valeurs de l’entreprise, au fait d’établir un chargé du développement durable dans ses bureaux, tout comme un directeur dédié dans l’équipe de direction TIC. Cela dépasse aussi le simple cadre de l’entreprise par les relations entretenues avec des partenaires clés qui partagent et supportent ces valeurs – c’est le cas de Fujitsu.

Le secteur informatique de l’entreprise n’aurait pas pu atteindre ce niveau de bonnes pratiques sans que les autres équipes jouent elles-mêmes le jeu, souligne-t-il. « Ces valeurs en termes de développement durable sont maintenant répandues à toute l’entreprise, » dit-il, et même au-delà.

Avant de commencer à travailler avec Fujitsu, Meridian Energy avait déjà mis en place plusieurs mesures informatiques durables, basées sur le ‘bon sens’. Cependant, McLatchie observe qu’elles manquaient autant de coordination que d’objectifs stricts et il fallait qu’elles soient recentrés sur des problématiques concernant l’entreprise dans son ensemble.

En tant que fournisseur de son infrastructure et de ses postes de travail, Fujitsu était bien placé pour évaluer comment l’innovation pourrait apporter plus d’efficacité à Meridian Energy dans ses opérations tout en l’aidant à remplir ses objectifs en termes de développement durable. Le problème n’étant pas que l’entreprise n’arrivait pas à cerner les opportunités selon Jo Healey, directeur général de Fujitsu Nouvelle Zélande. « Meridian a déjà l’énergie renouvelable à cœur, » donc avoir un meilleur score revenait plus à « faire la preuve et la démonstration de ces valeurs d’une perspective IT ».

Vers de meilleures pratiques

Après avoir effectué une évaluation ‘Green It Quick Start’, l’équipe en charge du développement durable chez Fujitsu Consulting a fourni une feuille de route détaillée pour emmener Meridian Energy vers de meilleures pratiques. « Le chemin vers une mise en œuvre réussie commence par trouver quelqu’un d’investi et qui en fait un vrai objectif. Dans mon équipe, le fait d’avoir quelqu’un d’enthousiaste et qui s’intéresse au développement durable d’un point de vue personnel s’est révélé être d’une importance capitale, » commente McLatchie. Cela a permis à Meridian de suivre un ‘parcours méthodique’ vers la coordination et la mise en œuvre d’un cadre pour un fonctionnement IT durable qui incluait :

  • Réviser les postes en lien avec le développement durable dans les procédures d’achat : cela passe par le fait de s’assurer qu’un chargé des questions environnementales soit inclus dans tous les conseils tablant sur les appels d’offre.
  • Établir un plan de communication pour diffuser des messages concernant le développement durable en termes informatiques.
  • Instaurer des exigences standards en termes d’efficacité énergétique et d’élimination d’équipement
  • Tester des logiciels de suivi d’utilisation d’énergie à l’échelle de l’utilisateur et des appareils.
  • Développer l’utilisation de la vidéoconférence
  • Adopter les ordinateurs portables plutôt que les postes de travail fixes, quand cela est envisageable, et donner un accès à distance aux utilisateurs via un VPN
  • Contrôler et documenter les déplacements aériens des employés
  • Mesurer l’efficacité énergétique des data centers
  • Pratiquer l’‘upcycling’ pour les ordinateurs portables et les mobiles en les cédant à des collectivités locales ou des écoles, recycler les cartouches d’imprimantes.

Et après ?

Meridian Energy utilise les avances faites en matière d’efficacité énergétique pour influencer son acquisition et sa rétention de clients de manière positive.

Même s’il n’y a pas de textes spécifiques imposant une gouvernance des questions sur le développement durable en Nouvelle Zélande, 70% de l’électricité générée par le pays est issue de sources renouvelables. Comme l’explique Healey, cela fait que le développement durable est une responsabilité acceptée par les entreprises et leurs fournisseurs. Cela place Meridian Energy dans une position unique puisque l’électricité que génère l’entreprise est de source renouvelable à 100%, elle compte aussi pour un tiers de la production en électricité du pays.

De plus, Meridian Energy a commencé à developper sa présence en Australie au moyen d’un fournisseur d’électricité en ligne du nom de Powershop, la structure souhaite aider les consommateurs à contrôler leur usage journalier en énergie.

En tant que DSI, le prochain challenge de McLatchie est de comprendre comment le développement durable s’intègre aux priorités de tous les dirigeants IT, à commencer par la question du big data. « C’est facile de récolter les données, mais comment les mettre à profit pour aider les clients à consommer moins d’énergie, » et de manière cruciale, en tant qu’entreprise dans le secteur de l’énergie, comment concilier cette philosophie à une bonne santé financière ?

First published October 2014, on http://www.i-cio.com/innovation/energy-efficiency/item/meridian-energy-smart-energy-smarter-it

 

Découvrez aussi...

Réinventer les banques dans un monde digital Dans les années à venir, toutes les banques vont devoir se digitaliser. Voici les défis auxquels les banques peuvent être confrontées : L’utilisa...
Le Futur de l’Énergie, en bref Notre série d’articles sur l’industrie de l’énergie nous a permis de mettre un certain nombre de tendances en exergue : Internet des Objets, Décarboni...
Le rôle de la technologie portable dans l’industri... Blaine Tookey, chef de l’innovation digitale chez BP révèle les opportunités que pourraient apporter les « wearable techs » ou technologies portables ...
4 prédictions pour l’innovation digitale en 2017... Aujourd’hui, 2 milliards d’individus possèdent un smartphone : ce chiffre, en croissance permanente, tend à démontrer que nous évoluons dans un monde ...

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*