Industrie 4.0 : véritable révolution ?

Industrie 4.0

Après avoir traité l’usage de l’internet des objets dans l’entreprise et l’impact de la digitalisation sur les marchés traditionnels, il est désormais temps de parler de l’industrie qui s’apprête à prendre un virage important.

Depuis plusieurs mois maintenant, l’expression « industrie 4.0 » ne cesse de faire parler d’elle. Plusieurs experts s’accordent à dire que cette industrie 4.0 correspond à la 4ème révolution industrielle et qu’elle va bientôt avoir lieu – certains pensent même qu’elle a déjà commencée.

En effet, après la mécanisation au 18ème siècle, la production de masse au 19ème siècle et l’automatisation de la production au 20ème siècle, la 4ème révolution industrielle devrait être caractérisée par l’intégration de technologies digitales dans les processus de fabrication.

Appelée aussi usine du futur, cyber-usine ou encore usine connectée, l’ industrie 4.0 permet aux outils et aux postes de travail du site de production de communiquer entre eux grâce à Internet et aux réseaux virtuels. L’information circule ainsi sans aucune contrainte entre les machines, les systèmes et les produits. Avec une chaîne de production optimisée grâce à ces technologies, les industriels devraient gagner en productivité en produisant plus rapidement à un coût inférieur, le tout en économisant de l’énergie.

Certaines organisations ont déjà entrepris les premières phases de cette révolution industrielle : BMW expérimente la robotique collaborative, Airbus l’utilisation d’exosquelettes et de l’imprimante 3D et Bosch le système RFID intelligent.

Une évolution industrielle plutôt qu’une révolution

Le passage à l’industrie 4.0 est un gros challenge, puisqu’il passe par la mise en place d’une nouvelle organisation du mode de production. En effet, contrairement aux précédentes révolutions industrielles, l’ industrie 4.0 s’apparente à une réorganisation totale du mode de production avec les outils existants plutôt qu’à une révolution technologique. Les technologies nécessaires à cette mise en place sont déjà connues de tous : des capteurs traditionnels au Cloud en passant par le Big Data ou encore l’Internet des Objets.

Une fois l’intégration amorcée, les machines, connectées entre elles, échangent diverses informations avec des capteurs. Cette communication continue et instantanée entre les outils et postes de travail permet un gain de flexibilité conséquent grâce à l’optimisation du processus de production. Cela permet de satisfaire les besoins de chaque client avec précision puisque la chaîne de production change en fonction de la demande, en temps réel.

Cependant, pour pouvoir s’adapter à cette demande de manière instantanée, l’usine connectée doit avoir une logistique fiable et parfaitement rodée. Cet élément clé de l’ industrie 4.0 se fait à tous les niveaux : du transport au stockage des produits en passant par la planification, tout doit être réalisé de manière précise pour permettre une amélioration des processus et des méthodes d’approvisionnement dans un environnement industriel de plus en plus complexe.

Deuxième élément clé de cette industrie 4.0 : les données. Avec l’utilisation du Big Data, la machine doit capter la bonne donnée au bon moment afin de la transformer et de s’en servir pour optimiser son processus de production. Appelé le « Smart Data », ce procédé qui utilise les données de manière intelligente permet d’augmenter la productivité de manière exponentielle.

Les bénéfices offerts par l’ industrie 4.0

Ainsi, grâce à l’utilisation de ces nouvelles technologies, les machines deviennent capables de produire plus intelligemment : en résulte baisse des coûts et une production plus rapide. Cependant, l’ industrie 4.0 offre d’autres bénéfices non négligeables :

  • Une meilleure traçabilité sur l’intégralité de la chaîne de valeur (avec le RFID par exemple)
  • Avec l’usage d’Internet, les machines peuvent contacter un spécialiste automatiquement : pour être dépannées, pour réaliser une mise à jour ou encore pour améliorer leurs performances, le tout à distance.
  • Avec l’usage de nouvelles technologies, le cycle de production peut être scénarisé. Cela permet un pilotage de la fabrication en fonction d’un client précis et une personnalisation des produits en cours de fabrication.
  • Une optimisation de la consommation d’énergie : la production varie en fonction du coût de l’énergie, ainsi elle augmente lorsque l’énergie est moins chère à un moment de la journée et inversement. De plus, les machines se mettent automatiquement hors tension lorsqu’elles ne sont pas utilisées.
  • Une meilleure flexibilité qui permet à la production de s’adapter à la demande en temps réel.
  • Une amélioration des conditions de travail des collaborateurs, qui ne devront plus réaliser de tâches pénibles, mais qui pourront se consacrer davantage à des tâches à haute valeur ajoutée.

Ainsi, l’ industrie 4.0 bouleverse le fonctionnement des usines en modifiant les processus de production, via une transmission instantanée de l’information entre les outils et les postes de travail et l’utilisation de données pour optimiser la fabrication de produits – tant d’éléments pouvant constituer un avantage concurrentiel fort. Cependant, il ne faut pas oublier que mettre en place cette usine du futur n’est pas chose aisée et qu’il faut prendre en compte les enjeux humains et culturels.

Découvrez aussi...

PG&E : La rencontre entre Big Data et l’Inter... Big Data : Comment l’entreprise de gaz et d’électricité, PG&E, maximise-t-elle la valeur des données générées par ses smart meters à l’échelle de ...
4 prédictions pour l’innovation digitale en 2017... Aujourd’hui, 2 milliards d’individus possèdent un smartphone : ce chiffre, en croissance permanente, tend à démontrer que nous évoluons dans un monde ...
L’Human Centric Innovation en action ! Un monde hyper-connecté Nous vivons dans un monde où tout est de plus en plus connecté. Cette connectivité implique la création d’un nombre de donnée...
Le rôle de la technologie portable dans l’industri... Blaine Tookey, chef de l’innovation digitale chez BP révèle les opportunités que pourraient apporter les « wearable techs » ou technologies portables ...

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*