Informatique hybride : comment limiter les risques ?

Risques

Un nombre croissant d’entreprises fournissent des services et des offres plus agiles à travers le cloud, tout en s’appuyant sur les systèmes traditionnels qui sont au cœur de leur organisation.

L’informatique hybride offre le meilleur de ces deux mondes, en équilibrant le cloud et l’infrastructure traditionnelle de l’entreprise. C’est la connexion entre l’analogique et le digital, entre les clouds publics et privés et entre les nombreux fournisseurs de services de cet écosystème.

Utiliser des services de cloud pour augmenter l’agilité d’une entreprise est devenue courant, à tel point que si une organisation n’adopte pas cette approche, elle risque de perdre son avantage concurrentiel.

Pour tirer pleinement profit de ce modèle, les «deux vitesses» de l’informatique doivent être fusionnées pour soutenir la transformation digitale, en favorisant l’innovation et la création de nouveaux services tout en exploitant les systèmes existants et leurs données.

De nombreux risques doivent être pris en compte

Selon Gartner, 75% des organisations auront adopté une informatique bimodale avant la fin de l’année 2017. Cependant, il serait incorrect de penser que ce passage à l’informatique hybride se fera directement. En effet, il existe de nombreux risques qui doivent être soigneusement pris en compte.

La sécurité, par exemple, ne cesse de faire parler d’elle suite à de nombreuses violations récentes de haut niveau. Dans un monde où le département informatique a de moins en moins de contrôle, la manière de sécuriser le réseau de l’entreprise est une considération légitime.

Pour atténuer les éventuels inconvénients d’une transition vers une informatique hybride, les organisations doivent se poser les bonnes questions : comment puis-je intégrer les systèmes traditionnels aux nouveaux ? Comment obtenir les services techniques à la hauteur des besoins de mon organisation ?

La complexité croissante est également un risque. L’informatique hybride apporte un nombre croissant de partenaires externes et de nouvelles couches de services sur les systèmes existants. Comment une organisation peut gérer cela tout en offrant la même cohérence et la même qualité de service?

Une des façons de répondre à ces questions se fait par le biais de plateformes facilitant la digitalisation telles que MetaArc de Fujitsu. En effet, elles peuvent aider une organisation à gérer les différentes vitesses de l’informatique, tout en permettant une sécurité robuste, une visibilité sur de multiples plateformes cloud et une gestion efficace des coûts.

En travaillant avec une informatique hybride, des bénéfices certains sont à prévoir – et avec le monde dans lequel nous vivons actuellement, l’informatique rapide et lente doivent coexister.

Une fois que cela est accepté, les organisations commenceront à réaliser l’avantage concurrentiel qu’une informatique hybride peut apporter.

Source : http://blog.uk.fujitsu.com/cloud/hybrid-it-balancing-risk-vs-reward/

En savoir plus concernant l’informatique hybride : http://infiniment-it-fujitsu.com/category/informatique-hybride/

Découvrez aussi...

L’Hybrid IT représente le futur des data cen... L’Hybrid IT (ndlr : informatique hybride) joue un rôle de plus en plus important. Les data centers dits traditionnels ne sont tout simplement pas adap...
Orchestration : les 6 domaines clés Si vous n'êtes pas très à l'aise avec le concept d'orchestration, n'hésitez pas à lire notre article : Informatique Hybride : Introduction au concep...
L’approche bimodale dans l’entreprise Dans un de nos articles de ce début d’années, nous avons partagé avec vous, les sujets forts qui constitueraient les 4 tendances pour l’innovation dig...
Informatique hybride : Fujitsu présente sa vision ... Fujitsu rencontrait, le 2 mars dernier, les influenceurs les plus importants du monde de l’informatique, à l’occasion d’un petit déjeuner organisé sur...

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*