Aller au contenu

En 2021, nous verrons les vrais gagnants et perdants de la transformation digitale liée à la pandémie.

Une prédiction pour 2021 de Glenn Fitzgerald, Chief Data Officer, Products Business Europe chez Fujitsu.

Il est important de noter que les nombreux changements que nous avons vécus en 2020 ont préparé le terrain pour affronter de nouvelles perturbations en 2021.

Commençons par passer en revue les principaux changements de 2020.

■ Les achats et les services bancaires en ligne sont devenus monnaie courante

Bien sûr, pour les experts du digital qui achètent en ligne depuis la fin des années 1990, ce n’est pas nouveau – mais la pandémie mondiale a forcé de nombreuses personnes à changer leurs habitudes – et à commencer à faire leurs opérations bancaires et à commander des produits d’épicerie et d’autres produits en ligne. Dans les pays touchés par les confinements, jusqu’à 70% des clients qui achetaient auparavant dans les magasins ont déménagé en ligne – et beaucoup garderont cette habitude. Cela a conduit les commerçants en ligne à sérieusement élever le niveau en 2020 – car l’adoption massive est le meilleur test. L’adage selon lequel vous n’êtes qu’à un clic de la concurrence n’a jamais autant été une menace …ou une incitation.

■ La transformation des services publics et de l’éducation a enfin commencé.

Dans de nombreux pays, la pandémie a été le signal d’alarme pour la digitalisation des états et des gouvernements locaux. Lorsque les personnes ne peuvent se rendre dans une administration pour commander ou recevoir un service, le numérique s’impose alors. Nous avons encore un long chemin à parcourir, mais c’est déjà un début. De même, de nombreux établissements d’enseignement ont été contraints de faire leurs premiers pas vers le numérique. Dans de nombreux cas, ceux-ci n’ont pas progressé au-delà de l’utilisation de la vidéoconférence et des tablettes – et il reste encore un long chemin à parcourir avant que l’éducation en ligne aborde les questions relatives au droit d’auteur, où les débats font rage depuis des années.

■ Les restaurants ont intégré de nouvelles méthodes

Parmi les plus durement touchés de tous les secteurs par le coronavirus, les restaurants ont dû innover à plusieurs reprises – par exemple, en introduisant les commandes par téléphone portable pour éviter d’avoir à utiliser des menus imprimés transmis d’un client à l’autre pour les commandes et les livraisons numériques.

Les gagnants en 2020 étaient les entreprises qui ont pu renforcer ou exploiter leur infrastructure informatique. Nous avons constaté des progrès technologiques considérables de la part des entreprises de logistique qui ont optimisé leurs livraisons et des médecins offrant des consultations vidéo. Dans de nombreux cas, le choc de la pandémie a été l’occasion pour inspirer quelque chose de nouveau.

Cependant, avec les gagnants, il y a aussi les perdants – et en 2021, cela deviendra de plus en plus évident :

■ Les personnes n’ayant pas accès aux appareils numériques seront perdants.

Certaines des couches les plus vulnérables de la société, telles que les personnes âgées et les personnes sans ressources sont les perdantes alors que le numérique devient le principal canal de distribution des services. Quiconque n’a pas accès à son propre ordinateur ou smartphone ou ne sait pas comment l’utiliser sera de plus en plus désavantagé en 2021. Cela conduira à une société plus divisée, les perdants étant les personnes coincées dans un monde analogique.

■ Les employés et cadres qui exécutent des tâches répétitives constateront que leur travail est plus exposé au risque de numérisation.

Pour la première fois, ce seront les employés et cadres qui seront le plus touchés par une révolution industrielle – et cela créera un bassin de personnes difficilement ré employables. Dans des rôles tels que l’évaluation des risques pour les assurances, les centres d’appels et les centres de services, l’automatisation s’accélère – grâce à l’intelligence artificielle et à l’apprentissage automatique. Pour le dire franchement, cela peut facilement remplacer les humains qui remplissent ces rôles aujourd’hui. Les perspectives pour ces personnes sont assez sombres: certaines d’entre-elles auront du mal à accepter une reconversion. Il n’est tout simplement pas possible de se recycler et de passer à un nouvel emploi dans l’économie numérique en quelques mois. Il faut des années pour acquérir l’expérience nécessaire pour justifier un poste hautement rémunéré.

■ Il n’y aura pas de retour aux anciennes méthodes de travail dans les bureaux.

Si vous avez travaillé dans un bureau et que vous avez ensuite travaillé à domicile depuis environ neuf mois, il est temps d’accepter qu’il ne s’agit pas d’un déménagement temporaire. De plus en plus d’entreprises – y compris Fujitsu – ont examiné leurs besoins en espace de bureau sous un angle différent. Cela signifie que tous les employés devront se concentrer sur la recherche d’un espace de travail calme et doté de la connexion et de la bande passante appropriées pour prendre en charge l’utilisation sans faille de la vidéoconférence et d’autres outils de collaboration en ligne. Maintenant que vous n’avez plus la garantie d’un bureau au bureau, il est temps de planifier de façon plus permanente le travail à domicile, car s’installer au bord de votre lit, sur le canapé ou travailler depuis la table de la cuisine n’est pas envisageable à long terme.

■ La rapidité d’internet jouera un rôle croissant dans le prix du logement, en particulier dans les zones rurales.

C’était la disponibilité des transports publics qui permettait de définir les gagnants et les perdants en termes de prix de l’immobilier en banlieue. Au fur et à mesure de la désurbanisation, le nouveau critère pour les prix de l’immobilier sera la bande passante. Les communautés rurales qui investissent dans l’augmentation de la bande passante verront une augmentation correspondante de la valeur immobilière.

■ Les centres-villes vont subir une autre révolution.

Une baisse de plus de 20% du taux d’occupation des bureaux n’est qu’un début. Nous avons assisté à une migration massive vers les banlieues en 2020, alors que les habitants des villes se rendaient compte qu’ils ne pouvaient pas profiter des avantages de la vie urbaine. Pourquoi vivre dans un appartement exigu alors qu’il n’est plus nécessaire d’être proche du bureau? Par conséquent, de nombreux centres-villes se vident – du moins jusqu’à ce que davantage de bureaux soient convertis en espaces de vie.

■ Le passage des dépenses d’investissement vers les dépenses de fonctionnement va s’accélérer.

Pourquoi acheter ou s’engager dans un bail pluriannuel pour des locaux de bureau centraux coûteux alors que vous pouvez simplement louer des bureaux ou un espace de travail à la demande, en fonction de vos besoins? La même chose s’applique à la technologie. Les entreprises modifient leur façon d’utiliser la technologie – de l’ancien modèle d’achat avec un cycle de vie de trois à cinq ans à des modèles de coûts à l’utilisation. De cette façon, vous êtes bien mieux équipé pour faire face à toute augmentation ou diminution significative de la demande. Cela est particulièrement visible dans le centre de données sur site, où l’adoption du cloud s’est accélérée.

■ Les préoccupations relatives à la protection de la vie privée et le fédéralisme peuvent ralentir les progrès.

Il s’agit principalement d’une menace croissante en Allemagne, qui accorde beaucoup plus d’attention à la vie privée que toute autre nation. Cela risque vraiment d’entraver le progrès numérique. En matière de confidentialité, nous devons encore normaliser les lois sur la confidentialité des données entre les pays européens. Ce n’est qu’alors que GAIA-X, le service numérique européen, pourra devenir une alternative viable aux hyperscalers américains.

En conclusion, les gagnants de 2020 ont déjà défini à quoi ressembleront les victoires en 2021. Les organisations qui traitent des données et de la technologie ont acquis un énorme avantage concurrentiel. À mesure que la technologie devient critique pour l’entreprise, une approche fragmentée de l’infrastructure, des services et des applications deviendra de plus en plus un handicap. Les gagnants en 2021 seront les entreprises qui adoptent une approche centrée sur la solution et les fonctions dans les équipes ainsi que sur ses bases de connaissances. Les gagnants seront les entreprises qui travaillent avec des partenaires comme Fujitsu pour rassembler tous ces différents aspects afin de créer une vue d’ensemble pertinente. 2021 sera une question de valorisation de vos données et de mobilisation de tous vos actifs technologiques.

Glenn Fitzgerald – Chief Data Officer Product Business, Fujitsu Europe

Glenn a rejoint ICL en 1979 en tant qu’apprenti et a travaillé pour l’entreprise, aujourd’hui Fujitsu, tout au long d’une carrière variée, au cours de laquelle il a acquis une expertise dans un large éventail de domaines informatiques, y compris les tests de fabrication et de production, la conception de matériel, de logiciels et de micro-logiciels, mise en œuvre de l’infrastructure, gestion de projet et architecture métier et ITC.

Dans son rôle actuel, Glenn est chargé de s’assurer que les technologies utilisées au sein de Fujitsu sont un équilibre optimal entre capacités et fonctions, offrant des solutions de pointe cohérentes pour des entreprises variées soulignant « l’art du possible » à tout moment. Respect des délais, faisabilité technique, coût, risques et flexibilité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

J’accepte les conditions et la politique de confidentialité